26 nov. 2015

Je suis illustratrice. Je vous explique.
























Voilà ! Merci de m'avoir lue jusqu'au bout !
J'édite cet article avec les tweets de Sylvain Sarrailh sur le sujet, qui sont tous à fait vrais et
qui reflètent un point de vue intéressant. 



Si jamais ça vous intéresse, il rentre plus en détails par ici.


37 commentaires:

  1. Même si je suis auteure en free-lance et non illustratrice, je me retrouve beaucoup dans ton article. J'aurais peut-être plus insisté sur la dicotomie passion/travail dans l'esprit des gens. Combien de personnes ne comprennent pas que si, si, je travaille. Même assise en pijama sur mon canapé, même en train d'écrire toute la sainte journée et que non, je ne peux pas téléphoner à n'importe quelle heure de la journée avec eux, juste parce que personne n'est là pour voir que je ne suis pas en train de travailler, que non, je ne peux pas passer une journée entière sans travailler, ou alors à titre vraiment exceptionnel. Les week-ends, les vacances, moi, je connais pas vraiment. Cet été, j'ai pris 1 semaine, j'ai envoyé un e-mail à la rédactrice du projet pour la prévenir, elle m'a répondu : "Ah non, ce n'est pas possible, tu dois toujours avoir du réseau et un accès internet."
    Mais comme tu dis, notre arme c'est notre passion et la raison pour laquelle on se lève quand même chaque matin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement, j'aurais aimé, mais je ne savais pas comment l'illustrer pour le coup (on le voit bien avec le pavé de fin, chose que je voulais éviter ^^)

      Supprimer
    2. c'est tellement vrai le coup des horaires !! >__< c'est extrêmement dur d'arriver à faire comprendre ça aux gens... !

      Supprimer
    3. c'est marrant mais on ne pose pas ces questions aux artisans-pâtissiers : ils sont souvent aussi passionnés que les créatifs (en fait, je crois qu'ils en sont aussi, des créatifs), ils font un truc que beaucoup adore ...mais on ne s'étonne pas qu'il y ait un prix à payer, que ce dernier peu évoluer selon la qualité de ce qui est proposé et qu'ils sont ouverts (ou fermés) en fonction de leurs horaires d'ouverture ;)

      Supprimer
  2. Merci pour ce strip ! Pour moi, qui dessine en tant qu'amateure mais espère me lancer de façon professionnelle un jour, la lecture a été très intéressante.
    Tu mentionnes la précarité de la profession, c'est ce qui me fait peur et c'est pour ça que j'ai fait des études non-artistiques, avec un métier stable et sûr à la sortie.
    Mais à présent, j'ai un niveau en dessin beaucoup moindre que ceux qui ont fait des études là-dedans, ou ont eu du temps pour pratiquer, j'ai l'impression d'avoir encore moins de chance de pouvoir vivre de ça un jour.
    Bon courage de ton côté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Zélie ! Une des clefs pour réussir, c'est arriver à ne pas se comparer aux autres. Se dire "je suis en retard sur les autres, je suis trop vieille, machin à mon âge il a déjà sorti deux livres", c'est se faire du mal et c'est contreproductif. On ne gagne jamais à ce jeu là, crois-moi. Bise !

      Supprimer
    2. Merci Dragib, c'est un bon conseil. :)

      Supprimer
  3. Je compatis et je comprends ce que tu subis... Même si c'est dans une moindre mesure, je bosse dans le Web et je suis blogueuse à mes heures perdues. J'ai souvent des demandes sympa "eh, tu peux me faire un site ? je te filerai 50€/un bon d'achat/un produit (rayez la mention inutile). Et puis tu me met des belles images, un nouveau logo et des textes vendeurs avec !" Parce que c'est bien connu, quand on sait créer des sites web on est aussi graphiste, redacteur et photographe/illustrateur, et comme on aime le faire on n'a pas besoin d'être payé, le loyer et les courses se payent par la satisfaction personnelle -_-
    Enfin bref, je trouve que ton article est très bien, en espérant que ca aide certaines personnes à prendre conscience que passion ou non, tout travaille mérite salaire !
    Ca ne leur viendrait pas à l'idée d'appliquer ça à un maçon ou un plombier...

    RépondreSupprimer
  4. Voilà pourquoi je n'ose pas me lancer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sur qu'il y a un paquet de choses à prendre en compte, malheureusement, et beaucoup d'entre nous ont un job "alimentaire" à côté pour pouvoir continuer à vivre plus décemment (et plus régulièrement...), ça n'est pas mon cas, quelque part j'ai de la chance.
      Mais, quand même, si c'est vraiment ce que tu veux dans la vie et que tu en as l'occasion, je t'encourage à essayer, tout en gardant à l'esprit qu'il ne faudra jamais dévaluer ton travail, car au final, à chaque fois que quelqu'un accepte un contrat mal payé, ou plie sous la pression pour baisser ses tarifs : ça nuit à la profession toute entière, et on assiste à un nivellement vers le bas des budgets accordés par les entreprises, et de nos tarifs, par extension.
      Le plus dur, avec tout ça, c'est de rester persuadé que ton travail vaut quelque chose. Il ne faut simplement pas oublier qu'à partir du moment ou quelqu'un vient vers toi pour tes dessins, il en a besoin ---> il paye ce que tu demandes ou alors il n'aura rien. C'est le principe de l'offre et la demande.
      En revanche, si tu lui tiens tête alors qu'il sait pertinemment que quelqu'un finira bien par accepter d'être sous payée... enfin tu vois le principe ?

      Je te souhaite plein de courage et bonne chance si jamais tu te lances ! <3

      Supprimer
  5. Gimmebackmy5minutes26 novembre 2015 à 13:51

    Merci pour cette longue explication, c'est que j'avais pas idée, moi.

    RépondreSupprimer
  6. Ta note est très intéressante et très bien illustrée et expliquée. J'envisage comme Zélie, d'en faire peut-être mon métier, je commence à glaner des infos à gauche à droite pour savoir comment ça marche ect...
    Le côté précaire fait peur et ces questions des gens "sinon tu fais quoi comme vrai métier" c'est absurde, en gros dès que tu fais un métier qui est artistique, ce n'est pas un vrai métier...Ben si les gars!
    Je te souhaite plein de succès et continue de t'armer de passion ;) car a priori ça fini par payer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon courage à toi si tu te lances ! :) Si tu es toi aussi dans la phase "je me renseigne parce que j'ai peur", il y a plein de groupes d'information sur le sujet sur Facebook.

      Supprimer
  7. Je pense qu'on doit être nombreux à se reconnaître dans ton très chouette post, merci de l'avoir écrit.

    Je ne suis pas illustratrice, je travail dans le milieu culinaire, mais je suis bien freelance et j'ai vécu :
    * le "vrai" métier... "mais sinon tu fais quoi de tes journées entières ?!?"
    * le "ah tu écris des recettes, mouai, alors t'es chef, tu vas ouvrir un resto ?" Non.
    * les doutes qui prennent aux tripes avec le burn out qui nous fait coucou...
    * la lutte contre la procrastination et les tentations (je ne bosse pas en pyjama, mais là où je bosse le mieux, c'est la nuit sur mon canap'), l'organisation du chaos.
    * les offres pourries et les réponses qui peuvent aller vers des quasi-insultes : "excessivement cher, vous vous moquez de moi, les blogueurs font ça contre un produit {bidon}". La concurrence qui casse les prix et qui jette l'éponge au bout de quelques mois après avoir cassé le marché... Et bien sûr les accusations de grosse méchante capitaliste qui vole l'argent des braves gens. Franchement, si j'étais juste une voleuse, je me débrouillerai pour pouvoir payer toutes mes factures au moins et puis une voiture de sport pourquoi pas, haha.

    Bref, il est important je crois de rappeler ce que nous faisons, de faire comprendre ce qui se cache derrière nos prix, de défendre et d'encourager la créativité (une des plus belles choses au monde pour moi)... bravo.
    A toi et aux autres qui se reconnaîtrons dans cette illustration, j'envoie plein de bonnes énergies :-*

    RépondreSupprimer
  8. Bravo, en plein dans l' mille, rien à changer !
    Pour mon cas perso, tu ajoutes une petite dizaine d'années (en âge et en expérience), trois fils (qui coûtent un bras en bouffe) et un mari, et ainsi tu complexifies encore le truc ! Sans aucun doute, y'a que la passion qui peut expliquer un tel masochisme :) Y'a eu de meilleures périodes pour ma part, bien meilleures, et pire constat que tout, à travail totalement équivalent dans les mêmes maisons d'édition, les rémunérations étaient bien supérieures y'a 10 ou 15 ans !
    Je te souhaite le meilleur, quand même, surtout, dans ce métier que tu as choisis, et longue vie et carrière à nous tous ! (avec plus de tunes quand même, hein, faut pas exagérer !)

    RépondreSupprimer
  9. Un bon article qui résume bien la situation !! ;)
    J'aurai insisté aussi sur le fait que être freelance c'est également pas de congés payés ni d'arrêts maladie... et quand on n'a pas les moyens, une mauvaise couverture santé... (ah oui et pas de retraite aussi XD) la plupart des gens ne sont pas très au courant de tout ça car il n'y a pas une bonne information autour de nos métiers. En plus, je trouve que souvent on met trop en avant le côté "métier passion", comme si le dessin, ou la musique par exemple, étaient les seuls domaines possibles pour ça. On ne pense jamais que médecin ou vétérinaire ça peut aussi être un métier passion ! Ou même travailler dans le social ou l'aéronautique, ya plein d'exemples. C'est vraiment très réducteur et je n'aime pas cette image que les gens et malheureusement aussi les illustrateurs/dessinateurs véhiculent... même si évidemment, il faut beaucoup de volonté et de passion pour y arriver :) mais c'est applicable à beaucoup d'autres professions :)

    RépondreSupprimer
  10. Le grand damne des métiers artistiques, leurs praticiens sont souvent pris pour des idiots.

    RépondreSupprimer
  11. Merci beaucoup <3 ça fait chaud au coeur de lire tout ça, comme quoi on est pas seules à affronter tout ça XD

    RépondreSupprimer
  12. Je suis pas illustrateur et pourtant c'est vraiment une bonne part de mon quotidien. x')

    Courage !!! ^-^/

    RépondreSupprimer
  13. Ca tombe bien, là j'ai une angine, mais je n'ai ni arrêt maladie, ni week-end, là je bosse, gratos, pour mon client principal, parce qu'il me tiens par les gonades, et que si je l'envoie déféquer y'aura plus que le père noël pour payer mon loyer le mois prochain.
    Les joies de la vie de freelance.

    RépondreSupprimer
  14. Retouches non facturées = bénévolat (voire esclavagisme). Personne ne pourrait créer une sorte de label de graphistes qui certifie la qualité du travail, un soutien pour tous les nouveaux entrants du métier qui vont se faire plumer et surtout, appliquer les codes tarifaires et déontologiques du métier ? C'est un peu ce que fais 1dcafé il me semble.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour être un client d'illustrateurs, il faut quand même comprendre qu'en face, on a pas un budget infini sauf à vendre ce que l'on vend plus cher... Et donc ne pas le vendre... Parfois, le travail fourni convient pile poil au premier jet, parfois, le cahier des charges n'a pas été correctement interprété et on a le choix entre demander des modifs ou s'asseoir sur tout... Donc aujourd'hui, je travaille avec des personne plus cher mais qui ne rechigneront pas à retravailler certaines illustrations.
      Et un conseil, à tous les illustrateurs, sachez faire de la mise en page type In Design... Au temps passé, c'est sûrement plus rentable...

      Supprimer
    2. D'où l'importance d'avoir un contrat traitant des modifs éventuelles forfait ou taux horaire qui convienne aux deux parties. Ah ..si tout le monde engageait comme vous des illustrateur "plus chers" au lieu de tirer les prix vers le bas et de demander des modifs non rémunérées/hors forfait.
      Et puis, c'est quoi un budget infini ? Il y a un moment où les retouches sans fin demandées par certains commanditaires sont abusives, le freelance n'a pas un temps infini non plus.

      bon courage pour la suite à l'auteur

      Supprimer
  15. Tu as de la chance d être illustratrice et je trouve c est une boulot de malade ce qui croient que c est simple beh ils y connaissent rien...
    Moi aussi je dessine et j aimerais un jour voir les dessins dans un livre... mais à chaque fois que j envois dans des maison d édition j ai sois pas de réponse soit on me dis gentiment que l on garde ma page Facebook ( en gros ça veut dire non u.u) oui je tiens aussi une page de dessin :D mais bon ^^ ça sert un limite a rien sinon je voulais savoir comment tu y es arrivé :) ??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas l'impression d'y "être arrivée", justement.
      Comme beaucoup d'entre nous, je peine beaucoup à en vivre et je passe ma vie à démarcher et essuyer des silences ou des refus.
      Disons que je bichonne ceux qui me font confiance. Non pas que je fasse de la lèche, c'est pas mon genre... Mais disons que j'essaye de ne plus perdre ce lien. Je me dis que cette connexion peut toujours avoir du potentiel : cette personne peut refaire appel à moi par la suite, ou parler de moi à quelqu'un.

      Je pense que les contacts ça se travaille, ça s'entretient. Mais je n'ai pas de vrais conseils à te donner, à part persévérer ? Plein de courage !

      Supprimer
  16. Je suis actuellement en cours d'animation 3D au Canada. on me dit souvent que l'animation ne demande pas à être bon en dessin mais je suis convaincu du contraire.. Cependant en terme de dessin je suis comme vous avez dit un vrai caca mou. Avez vous des conseils pour des newbies en dessin, du point de vue discipline et plan d'action pour bien débuter? Merci d'avance!!!
    Et si ma question n'est pas la bienvenue sur ce post, veuillez accepter mes plus sincères excuses!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello ! Je suis évidemment très mal placée pour parler, je dois être la personne la plus indisciplinée et désorganisée du monde... Mais j'ai commencé en mettant le paquet sur le modèle vivant et le dessin d'observation.
      L'idéal serait de s'y plonger à fond et de ne jamais vraiment arrêter de le pratiquer ! Courage ! L'animation c'est chouette !

      Supprimer
  17. Hello, je ne suis pas illustratrice (mais je bosse parfait avec des illustrateurs) mais je suis freelance aussi. Je me reconnais un peu dans cet article :) Bonne continuation !

    RépondreSupprimer
  18. Il y a si longtemps qu'on pourrait dire dans une vie antérieure, j'ai travaillé sur la situation des traducteurs et on y retrouvait les même problématiques et le travail avec passion vs par passion. Il y a aussi une même difficulté à mesurer rapidement et de façon objective la qualité de la prestation, ce qui rend difficile la saine concurrence.
    Ce qui a changé pour vous et vous a complètement rapproché de la situation des traducteurs, c'est ce que certains encensent sous le terme d'ubérisation et qui est juste un changement profond du marché auquel les législations en se sont pas encore adaptées, ces changements sont en gros :
    -rapprochement facile de l'offre pro et non pro et de la demande, permettant aux acheteurs d'avoir accès à une offre de qualité venue d'amateurs
    -démocratisation des outils pro et donc qualité améliorée de l'offre non pro qui concurrence par sa qualité l'offre pro (coût abordable pour du bon matos et maniabilité, utilisation dans la vie courante depuis un jeune âge)
    -législations, contrats et taxes non adaptées à un marché où sont en concurrence frontale des acteurs dont c'est l'activité principale et d'autres dont c'est l'activité secondaire et qui n'ont donc pas les mêmes taxations
    -secteur dans lequel n'est pas apprécié le caractère de "vente à perte"

    Quant à la question de comment percer, c'est la même pour tous : le réseau, c'est pour celà que faire des formations bien reconnues et des partenariats est intéressant... même dans un métier artistique et de free lance...

    RépondreSupprimer
  19. génial! et surtout courage!!!
    bisous
    celie

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour. Je te souhaite un bon courage pour la suite. Je suis moi-même en formation d'illustrateur dans une école d'arts appliqués en ligne (la toute première en France ).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plein de courage à toi aussi ! J'espère qu'on n'oubliera pas de t'informer sur les différents statuts auxquels tu pourras prétendre, leurs avantages et leurs inconvénients... les droits que tu auras, et ceux qui sauteront...
      N'hésite pas à le réclamer à ton école, si jamais ils ne le proposent pas ! C'est hyper important de savoir dans quoi on met les pieds...

      Supprimer
  21. Très bon article et regard sur ce métier exigeant.

    RépondreSupprimer
  22. C'est quand même désespérant par moments, ce regard porté sur la profession. L'illustration fait partie de notre vie quotidienne. Qui fait ça, à leur avis ?! Et ce qui est désespérant, ce sont ces jeunes plein de talent qui ne veulent pas se lancer, qui étouffent leur passion, par peur d'une vie inconfortable et précaire. Ce n'est pas juste ^^

    RépondreSupprimer
  23. Bah wah je suis impressionnée par cette article, il resume bien toutes mes peurs de l'avenirs mais en même temps il est tellement réaliste cpmme il faut :) enfin j'aodre et bonne chance

    RépondreSupprimer
  24. Bravo! En plus du talent d'illustratrice, tu as des talents d'écriture, j'ai adoré te lire! Merci de ce bon moment passé... Et peut-être à bientôt ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Valérie !

      J'espère être capable de reprendre le blog bientôt !
      Au plaisir de se recroiser dans le coin (ou ailleurs), donc ;)

      Supprimer

Lâche ton com' et deviens le roi de la récré !